A l’occasion de la sortie de son livre “N’ayez pas peur du collapse!” (éditions DDB) co-écrit avec Loïc STEFFAN, Pierre-Eric SUTTER a été interviewé par Philippe MACQUET de Bio-Scène concernant la crise du Coronavirus et les similitudes qu’elle présente quant à l’anticipation du collapse. Retrouvez le podcast de l’interview en cliquant ici.

La Covid-19 agit comme un révélateur de nos limites : l’extrême dépendance à la division mondialisée du processus de production et l’enrayement globalisé de l’activité qui en découle. La doxa d’une croissance infinie dans un monde fini semble ébranlée, pour combien de temps ?

Le Coronavirus dévoile tout autant l’essentiel. Respirer un air sain, disposer de stocks stratégiques ou être en autonomie alimentaire. Plus encore, nous redécouvrons que nous sommes mortels ; pire, l’absurdité de la mort nous saute au visage. La Covid-19 frappe ceux qui s’acharnent à sauver nos vies, au risque de désorganiser les hôpitaux. Nous n’en sommes pas encore à l’effondrement global de notre société, interruption de tous les services de base. Mais cela ressemble fort à une répétition générale du “collapse“, comme l’appellent Servigne et Stevens, et cela réveille nos peurs les plus enfouies.

Se remémorer que la vie a une fin fait peur au point que l’on refoule l’idée de mort, au plus profond de notre inconscient ; c’est l’angoisse de finitude. La Covid-19 provoque un “retour du refoulé“, celui de notre mort et des angoisses qui en découlent. Dans ce podcast, Pierre-Eric Sutter, co-auteur avec Loïc Steffan de « N’ayez pas peur du collapse » (à paraître après la crise chez Desclée de Brouwer), décortique ce en quoi nos peurs peuvent nous immobiliser comme nous mobiliser, pour le meilleur et pour le pire. Le pire, ne rien faire ; le meilleur, agir pour faire face avec pertinence aux menaces de notre environnement nature et non naturel, notamment notre système capitalisto-consumériste…

Inscrivez-vous à notre newsletter

Recevez nos informations en direct, nouvel article, synthèse et rapport d'étude.

Vous êtes bien inscrit, merci !